Skip to content

En 2015, les 193 pays membres des Nations unies ont adopté à l'unanimité le Programme 2030 pour le développement durable et ses 17 objectifs de développement durable (ODD). Ces objectifs visent à améliorer les problèmes sociaux et environnementaux universels auxquels notre planète est confrontée et vont de la lutte contre la pauvreté à la réduction des inégalités sociales et économiques, en passant par la garantie d'un environnement sain. Chaque ODD a ses propres cibles définies et celles qui sont associées à l'ODD 14 : La vie sous l'eau traitent des défis auxquels sont confrontés les écosystèmes marins et aquatiques, et les personnes qui en dépendent dans le monde entier. Pour soutenir l'ODD 14, une conférence internationale sur les océans a été organisée conjointement par la Suède et les Fidji au siège des Nations unies à New York au début du mois.

En tant que scientifique spécialisé dans la pêche et vivement intéressé par l'intersection entre la recherche scientifique et la politique, j'ai eu la chance d'assister à la Conférence sur les océans. Contrairement aux conférences ou réunions scientifiques traditionnelles où les chercheurs présentent leurs récentes découvertes ou collaborent sur des questions de recherche spécifiques, la Conférence sur les océans a rassemblé les délégués nationaux des Nations unies ainsi que des représentants d'ONG, des membres de l'industrie et des entrepreneurs pour présenter et discuter des moyens de s'attaquer indépendamment et collectivement aux problèmes qui touchent les océans. La pêche illégale, la surpêche, les débris marins, l'égalité des sexes, les violations des droits de l'homme, les problèmes de sécurité alimentaire, les effets du changement climatique : tout était sur la table. Dans le cadre de cette conférence, la communauté internationale a été invitée à prendre des engagements volontaires sur la manière dont les représentants de tous ces secteurs s'attaqueront à un ou plusieurs de ces problèmes.

La conférence internationale sur les océans s'est tenue au siège des Nations unies à New York.

La semaine a été riche en réunions officielles à l'Assemblée générale et en présentations parallèles sur des sujets spécifiques. J'ai fait de mon mieux pour assister à autant d'événements que possible mais, étant donné mes intérêts de recherche et mon travail, j'ai fait un effort concerté pour assister au moins aux discussions sur les fruits de mer et la pêche. Les principales conclusions de ces discussions étaient simples à expliquer, mais seront beaucoup plus difficiles à mettre en œuvre à l'avenir. Plus précisément, les gouvernements, l'industrie et les ONG doivent collaborer davantage et l'idée de produits de la mer "durables" n'est plus purement écologique. Nous devons commencer à prendre en compte tous les types de problèmes liés à l'approvisionnement en produits de la mer, et pas seulement la surpêche. (À cette fin, l'esclavage, la pêche illégale, les droits des femmes et la fin des subventions néfastes à la pêche ont été des sujets clés).

Il y avait beaucoup de choses à assimiler, mais des progrès ont déjà été accomplis (espérons-le). Deux engagements volontaires de grande envergure ont été pris par les principaux partenaires du secteur de la pêche au cours de la conférence. Quatre douzaines des plus grandes entreprises mondiales de thon (producteurs et distributeurs), ainsi que plusieurs pays et ONG, se sont tous engagés dans la déclaration de traçabilité Tuna 2020, qui vise à garantir une transparence totale des produits du thon tout au long de la chaîne d'approvisionnement. De même, les plus grandes entreprises mondiales de produits de la mer se sont engagées dans l'initiative SeaBOS, qui décrit des mesures spécifiques sur la façon dont elles amélioreront la transparence et la traçabilité de la chaîne d'approvisionnement. Ces deux mesures permettront de lutter contre la pêche illégale et la fraude en matière de produits de la mer.

"Nous devons commencer à aborder tous les types de préoccupations dans l'approvisionnement en produits de la mer, et pas seulement la surpêche."

Au total, 1 328 engagements volontaires ont été proposés par les participants et les organisations mondiales concernées. La conférence s'est également conclue par l'adoption de l'"Appel à l'action" par les pays membres des Nations unies, une directive de haut niveau non contraignante (et largement symbolique) invitant tous les pays à respecter les engagements qu'ils ont pris et à encourager les progrès pour empêcher la poursuite du déclin des écosystèmes marins. Tout cela représente un progrès. Mais ce n'est que la première partie. Comme nous l'avons entendu à maintes reprises tout au long de la semaine : une action efficace est nécessaire et elle est nécessaire maintenant.

Réparer l'océan semble être une tâche monumentale - et c'est le cas - mais nous devons commencer quelque part. Et pour moi, les paroles les plus émouvantes et les plus motivantes que j'ai entendues de toute la semaine sont venues de S.E. Josaia Voreqe Bainimarama, des Fidji, lorsqu'il a rappelé à tous les participants à l'Assemblée générale que "nous ne sommes pas les propriétaires, mais les gardiens de notre planète". En tant qu'êtres humains, nous ne sommes qu'une des millions d'espèces présentes sur Terre. Pourtant, nous sommes la seule espèce dont le comportement a un impact sur toutes les autres. Ainsi, même si nous, citoyens ordinaires, ne pouvons pas mettre en œuvre une politique nationale ou internationale, nous pouvons tout de même faire la différence dans notre vie quotidienne. Nous pouvons faire la différence en choisissant ce que nous mangeons, conduisons, achetons et faisons. Et si nous voulons un océan sain, nous avons tous le pouvoir - et la responsabilité - de choisir de fouler cette planète aussi légèrement que possible.

"Nous ne sommes pas les propriétaires, mais les gardiens de notre planète". - S.E. Josaia Voreqe Bainimarama

Article d'Aquablog par Laurenne Schiller, Ocean Wise analyste de recherche sur les produits de la mer durables et coordinateur maritime.

La surpêche est l'une des plus grandes menaces pour nos océans. Grâce à des milliers de sites partenaires dans tout le Canada, Ocean Wise permet aux consommateurs de choisir facilement des produits de la mer durables pour la santé à long terme de nos océans. Le symbole Ocean Wise à côté d'un produit de la mer est notre garantie d'un choix de produits de la mer respectueux des océans. www.ocean.org/seafood

Posté le 23 juin 2017 par Vancouver Aquarium

Rejoignez la liste de diffusion

Abonnez-vous à notre bulletin d'information pour recevoir des courriels sur les événements, les nouvelles sur les succès et les problèmes de l'océan, et les possibilités de nous soutenir.

Aidez à faire passer le message

Partagez cette page sur les médias sociaux et contribuez à faire passer le message de la conservation des océans.