Skip to content

Les plastiques à usage unique ont augmenté pendant le COVID-Where Do We Go From Here ?

Article rédigé par les scientifiques de Ocean Wise Plastic Pollution Scientists
Shreyas Patankar, Catherine Wong, Amir Parizi, Mathew Watkins, Stephanie Wang, Anna Posacka.

L'année 2020 restera dans les livres d'histoire comme la période où le monde s'est arrêté suite à l'épidémie de COVID-19. Outre les pressions économiques et sanitaires extrêmes ressenties dans le monde entier, la pandémie entraîne des conséquences socio-environnementales inattendues. La pause dans l'activité humaine a entraîné une baisse de la pollution atmosphérique et des émissions de gaz à effet de serre, comme l'ont constaté des scientifiques en Chine et au Canada. D'autre part, la demande accrue d'équipements de protection tels que les masques et les gants, et d'autres produits à usage unique, exacerbe la pollution plastique dans l'environnement.

Figure 1 : Déchets plastiques dans les collecteurs d'eaux pluviales collectés par l'équipe du Plastics Lab dans le cadre du projet 2018 de solutions communautaires aux déchets marins, en collaboration avec la Commission de coopération environnementale (CCE).

Les fuites urbaines de plastiques mal gérés sont un agent important de la pollution plastique marine. Tout article en plastique utilisé et non éliminé correctement dans le cadre de la pandémie risque de pénétrer dans les cours d'eau urbains et dans le milieu marin. L'un des moyens par lesquels cela peut se produire est l'entrée des déchets de rue dans les collecteurs d'eaux pluviales de la ville qui déversent les eaux de ruissellement directement dans l'environnement, comme le suggère notre étude pilote de 2018 à Vancouver, en Colombie-Britannique (Figure 1). Les préoccupations de santé publique concernant la transmission du virus ont conduit à une utilisation accrue des plastiques jetables, notamment les sacs d'épicerie, les récipients pour les repas à emporter, ainsi que les gants et les masques pour la protection personnelle - tous ces matériaux se retrouvant en volumes importants sous forme de déchets dans les rues du monde entier. Plus de déchets dans les rues, c'est plus de risques de contamination de l'environnement, mais il y a aussi des problèmes de santé publique importants, car le SRAS-CoV-2, qui cause la maladie COVID-19, peut rester sur les surfaces en plastique jusqu'à 3 jours [1]. À Vancouver, en Colombie-Britannique, on trouve des gants et même des masques en latex dans les installations municipales de traitement des eaux usées. C'est un problème car non seulement ces articles peuvent bloquer et endommager l'infrastructure des eaux usées urbaines (comme l'exprime Metro Vancouver), avec des coûts pour le contribuable, mais ils peuvent aussi se décomposer en microplastiques - les fragments microscopiques de plastique ─ avant d'être capturés par les grilles des usines conçues pour filtrer les gros débris avant le traitement. Avant la pandémie, des recherches menées dans le monde entier, y compris les nôtres (figure 2), révélaient déjà des quantités importantes de microplastiques glissant dans les installations de traitement des eaux usées. Notre comportement pendant la pandémie a le potentiel d'aggraver ce problème, bien que cela reste non quantifié et difficile à étudier à l'heure actuelle.

Chez Ocean Wise, nous sommes les premier.ière.s à constater les effets néfastes des déchets plastiques sur l'environnement. L'enchevêtrement, l'ingestion et la suffocation sont quelques-unes des façons dont les gros articles en plastique ont déjà affecté 690 espèces marines dans le monde [4]. Notre équipe du Centre de sauvetage des mammifères marins, basé à Vancouver, en Colombie-Britannique, est intervenue depuis 2013 auprès de 38 otaries victimes de l'enchevêtrement par des déchets plastiques. Notre Grand nettoyage des rivages canadiens recueille des données de citoyen.ne.s scientifiques sur les déchets et, chaque année, les plastiques constituent la majorité des douze principaux articles trouvés sur les rivages. Les scientifiques de notre laboratoire des plastiques ont découvert que des espèces marines importantes, dont le zooplancton du Pacifique Nord-Est [5] et les bélugas de l'Arctique [6], étaient contaminées par des microplastiques.

Figure 2 : Microplastiques dans les effluents d'eaux usées traitées étudiés par Ocean Wise Plastics Lab.

Au cours des dernières années, grâce à l'activisme de citoyen.ne.s et d'organisations dévoués, les gouvernements locaux, régionaux et nationaux ont réagi à la pollution marine par le plastique au moyen d'outils politiques et réglementaires. Par exemple, plusieurs villes de la côte ouest de l'Amérique du Nord ont adopté des politiques telles que l'interdiction de la vente de sacs et de récipients en plastique à usage unique et la création de programmes d'éducation et de sensibilisation. La ville de Vancouver indique, dans sa stratégie de réduction des articles à usage unique, que les délais d'introduction des règlements visant à restreindre l'utilisation des articles en plastique à usage unique sont inchangés. Les contenants et les gobelets en mousse ont été interdits à Vancouver à compter du 1er janvier, et les restrictions imposées aux pailles en plastique et aux ustensiles jetables ont débuté le 22 avril de cette année. Cependant, la ville a consacré ses ressources à la lutte contre le COVID-19 et n'appliquera pas les règlements jusqu'à nouvel ordre. Au milieu de cette pandémie, il y a une place appropriée pour les plastiques à usage unique, en particulier dans le monde médical. L'inquiétude pour notre santé et la sécurité d'autrui est bien réelle. Cependant, nous pouvons faire en sorte que notre utilisation accrue des plastiques à usage unique pendant cette période soit temporaire, et que la dynamique en faveur d'un changement environnemental positif puisse continuer à se développer au-delà de cette pandémie. La faiblesse du modèle actuel d'économie linéaire des plastiques - "prendre, fabriquer et jeter" - prononcée sous la pandémie nous rappelle avec force qu'un changement est nécessaire. Utilisons ce temps avec sagesse pour catalyser un changement vers un modèle circulaire zéro déchet plus propre pour les plastiques qui sera bénéfique pour notre santé, l'économie et notre planète bleue dans le monde post-pandémie.

Les consommateurs et les entreprises peuvent prendre de nombreuses mesures pendant cette période pour lutter contre la pollution plastique et utiliser les produits en plastique de manière responsable.

  • Soutenez les organisations et les entreprises qui œuvrent en faveur d'une économie circulaire sans déchets pour les plastiques. Impliquez-vous dans votre communauté locale pour participer à ce changement.
  • Organisez un nettoyage en solo, par ménage ou par petite équipe grâce au Grand nettoyage des rivages canadiens de Ocean Wise et WWF-Canada.
  • Réduisez autant que possible la consommation de produits à usage unique et assurez-vous d'une élimination appropriée - consultez les directives de votre région pour une utilisation et une élimination appropriées. Le BC Centre for Disease Control fournit des directives concernant l'utilisation et la manipulation des masques faciaux sous COVID-19, y compris les masques en tissu réutilisables. Les masques et les gants jetables doivent être placés dans un sac de plastique et jetés dans les poubelles ordinaires (et non dans les poubelles de recyclage).
  • Faire preuve d'un leadership écologique - à Vancouver, de nombreuses entreprises se sont mobilisées pour trouver des moyens de réduire les déchets plastiques tout en préservant la santé publique. Les entreprises peuvent également s'assurer de la disponibilité de poubelles appropriées à proximité afin de réduire le risque de production de déchets dans la rue.
  • Cassez votre habitude du plastique et protégez l'océan, rejoignez l'engagement deOcean Wise plastic
  • Utilisez des sacs réutilisables et lavables pour faire vos courses. Rangez vos sacs sur le sol ou sur votre personne plutôt que sur un comptoir. Lavez souvent vos sacs.
  • Si vous commandez des plats à emporter, soutenez les entreprises locales qui réduisent les déchets plastiques ou utilisent des alternatives durables pour les contenants alimentaires. Refusez les ustensiles et condiments supplémentaires dans votre commande.
  • Achetez des articles en vrac lorsque c'est possible, afin de réduire les déchets plastiques et de limiter le nombre de déplacements au magasin. Si ce n'est pas possible, choisissez des produits dont l'emballage plastique est minimal à l'épicerie.

Ressources:

Études cité

1. Prata, J. C., Patrício Silva, A. L., Walker, T. R., Duarte, A. C. & Rocha Santos, T. Répercussions de la pandémie de COVID-19 sur l'utilisation et la gestion des plastiques. Environnement Science & Technology (2020) doi:10.1021/acs.est.0c02178.

2. Sun, J., Dai, X., Wang, Q., van Loosdrecht, M. C. M. & Ni, B. J. Microplastics in wastewater treatment plants : the wastewater treatment plants : Detection, occurrence and removal. Recherche sur l'eau 152, 21-37 (2019).

3. Gies, E. A. et al. Retention of microplastics in a major secondary wastewater treatment plant in Vancouver Canada. wastewater treatment plant in Vancouver, Canada. Marine Pollution Bulletin 133, 553-561 (2018).

4. Gall, S. C. & Thompson, R. C. The impact of debris on marine life. Marine Pollution Bulletin 92, 170-179 (2015).

5. Desforges, J. P. W., Galbraith, M. & Ross, P. S. Ingestion of Microplastics by Zooplankton in the Northeast Pacific Ocean. Zooplankton in the Northeast Pacific Ocean. Archives of environmental contamination and toxicology 69, 320-330 (2015).

6. Moore, R. C. et al. Microplastics in beluga whales(Delphinapterus leucas) from Eastern Beaufort Sea. from the Eastern Beaufort Sea. Marine Pollution Bulletin 150, 110723 (2020).

Posté le 21 juillet 2020 par Ocean Wise

Rejoignez la liste de diffusion

Abonnez-vous à notre bulletin d'information pour recevoir des courriels sur les événements, les nouvelles sur les succès et les problèmes de l'océan, et les possibilités de nous soutenir.

Aidez à faire passer le message

Partagez cette page sur les médias sociaux et contribuez à faire passer le message de la conservation des océans.